Paix Hiver

Funérailles avortées

La game pas de combats

Dur réveil à JunkTown

Après une solide soirée à la taverne Gorgonax, le carré nain se réveille dans le lit de différentes serveuses. Cabernak savoure sa vengeance sur le sergeant CasseNoix en caressant les cheveux teint en roux de sa fille Onyx. Kolon ouvre les yeux dans une chambre qui semble avoir subie l’attaque d’un ouragan, avec des meubles brisés et des lambeaux de vêtements un peu partout. Il se découvre au bras de Ruby et tous deux sont couvert d’égratignures et de bleus. Hichik a pleuré toutes les larmes de son corps la nuit dernière et se lève les yeux bouffis avec une puissante gueule de bois, ce qui ne l’empêche pas de se sentir comme un nain nouveau qui sait maintenant aprécier la vie à sa juste valeur. Le guerrier des Deuxièmes embrasse l’étrange Saphirre et descend les marches pour voir ce que Laroumayne a préparé comme déjeuner. Thok ouvre les yeux et baille avant d’essuyer le lac de bave qu’il partage avec la plantureuse Agathe. Il lui demande de se tasser pour qu’il puisse se lever, c’est l’heure de manger, mais se rend bien compte que son ouie est défaillante. Il se met à crier pour se débloquer les oreilles et s’entend à peine. Agathe roule sur le côté et Thok suit l’odeur de bacon. Le reste du carré qui l’attend dans la salle principale de la taverne, se regarde avec des sourrires genés. Quand Thok descend finalement pour engloutir le plus de bacon et de pain aux champignons qu’il peut avec ses compagnons, Laroumayne se met à taper le plafond de son rouleaux à pâte pour appeller ses paresseuses de filles. Elles descendent toutes précipitament à moitié vêtues et l’aubergiste se met à aboyer des ordres que les filles suivent avec une démarche hésitante.
Aubergiste laroumayne
-Y vont quand même pas se peler toutes seules ces pétaques là, Kaltor Noèr!

Dans votre main, la pierre Noire se met à chauffer et un message adressé à tous les protecteurs retentit dans votre crane:

-Le commandant Frondur RocNoir est tombé en défendant à lui seul le quatrième mur de Mont Noir. Sa mort entraina la chute du mur qui annonça la débandade des orcs, sauvant la capitale des Premiers pour un temps. Pour faire honneur à son courage et à sa brillante carrière, cette nuit il y aura une veillée funéraire dans le hall des héros.

L’honneur obligeant à assister à la veillée, les compagnons se concertent rapidement: ils auront besoin de beaux habits, comme près de quatre cent autres protecteurs. Laissant leur déjeuner à peine commencé et les filles avec qui ils ont passé la nuit, les quatres amis nains ramassent leurs affaires et quittent l’auberge en vitesse. Tout le sol et les murs des soixante étages de Tora-Hontz vibrent sous l’assaut des quatres escaliers pris d’assaut par une horde de nains ayant besoin d’un habit. Profitant de la proximité du marché, les compagnons foncent dans les rues à peine éveillées de JunkTown.

La mode version naine

Le groupe se sépare en deux alors que Thok et Kolon préfèrent aller chez les fourrures de castor de chez Castronix. Cabernak et Hichik entrent chez Merduciel, le couturier demi-elfe qui se spécialise dans les broderies de métal précieux.

Kolon passe devant le bouncer à l’entrée et pénètre dans l’antre de Castronix qui ressemble à un mélange de boutique de mode, de cigare lounge et de restaurant italien chic. Castronix en personne accueille Kolon et Thok, les invitant à sa table.
Krozar la malice
-Qu’est-ce que Castronix y peut faire pour toé garnotte?

Il a un vieil accent mafieux de connivence et quand il prend une longue bouffée de son cigare, le warden aperçoit la pierre Noire qu’il porte dans la main. C’est probablement un protecteur à la retraite qui a fait ses 50 ans de services. Kolon lui dit qu’ils sont ici uniquement pour se procurer un suit de cérémonie pour les funérailles du commandant Frondur, presto.

-Ha! Frondur, ce vieux sanglier est enfin mort, Paola! Apporte le whisky Fireball et une assiette pour ces braves messieurs. Vous allez voir, ma Paola est aussi belle que bonne cuisinièreSanté frondur!

Chacun cale son verre de whisky Fireball, une cuvée des Troisièmes qui brûle autant en entrant qu’en sortant.

Pendant ce temps, Cabernak et Hichik sont aux petits soins avec Merduciel qui vire son commerce sans dessus-dessous pour satisfaire pas un, mais deux clients, une occasion rare. Cabernak et Hichik presse le demi-elfe, sachant qu’une foule de nains est sur le point d’arriver. Leurs habits de vert sombre brodés de mithril et d’argent sont sobres et luxueux à leur gout quand tout-à-coup un troupeau de nain envahit les rues et prend d’assaut l’échoppe du couturier. Merduciel se met à paniquer et perd tous ses moyens. Voyant cela, Hichik et Cabernak s’empressent de finaliser la vente en brusquant légèrement Merduciel qui leur charge le plein prix. Cabernak lui remet les 120gp demandées sans marchander, puis se force un chemin avec Hichik dans la foule compacte qui attend dans le magasin. Laissant le demi-elfe et ses assistantes halflings dans une panique générale. Les deux amis fuient avant que la violence éclate et croise deux escouades de sergeants qui les dépassent en courant, soufflant dans leurs sifflets.

Kolon et Thok se trouvent chacun un habit d’épaisses fourrures de castor ceinturées de cuir clouté avec une superbe boucle de ceinture en or blanc. Le tout sous les conseils de mode du patron de l’endroit, les grignotines de la belle Paola que son père tente de pousser dans leur lit. Lorsque chacun est habillé à son gout, ils les invitent de nouveau à sa table pour leur parler d’une entente spéciale de paiement. Les habits sont gratuit si vous acceptez de prendre une livre de Wyssin pour la vendre dans vos dortoirs. Tout ce qu’il demande c’est de revenir dans un mois avec 1000gp issues de la vente. Tous les surplus sont à vous. Kolon refuse avec une impatience grandissante et rejète toutes les allusions aux charmes de Paola. Il fait clairement sentir à tous qu’il ne veut que payer et se tirer. Thok quant à lui accepte le cadeaux qu’on lui remet et empacte le gros sac d’herbes halucinogènes dans son sac. Kolon non plus ne marchande pas, il paye son dû et quitte d’une démarche pressante ou bouille la colère difficilement contenue. Comme le bouncer lui barre le chemin Kolon lui hurle sa rage au visage. Le nain reste impassible et met la main sur un hand crossbow sous son armure, avant de laisser le passage suite à un signe de Castronix.

-On se revoit dans un mois Thok MurdePierre moi et Paola on va t’attendre.

Cours de politique naine

Les compagnons se frayent un chemin dans la foule qui a envahie les marchés de JunkTown et se retrouvent dans leurs quartiers ou ils y déposent leurs habits de ce soir. Ils pensent ensuite à aller vendre leurs richesses, mais se rendent vite compte que tous les protecteurs ont, comme eux, congé aujourd’hui; jour de deuil. Ils passent devant le comptoir des réquisitions et Tourmalyne n’y est pas. Zordanne n’est pas non plus à la bibliothèque qui est totalement vide. Ils descendent jusqu’aux forges qui sont froides et vides de travailleurs. De la cabane de Kogndur parviennent les sons étouffés d’une fête sauvage battant son plein. Sans gêne aucune, les compagnons cognent et entrent chez le forgeron. Une trentaine de nains sont réunis en cercle et écoutent les histoires que le vieux forgeron raconte sur l’ancien commandant Frondur. La foule hurle de rire et un nouveau toast est demandé. On vous met une chope dans les mains et on tasse les tables pour se mettre à danser des danses de tapepieds. Vous voguez d’un îlot de conversation à l’autre pour finalement accrocher Frondur. Totalement défoncé aux champignons et à la bière noire, le forgeron vous prend à part et vous plaint du climat politique intense que vous allez devoir traverser dans les prochaines années.

Devant votre air innocent, Kogndur vous explique alors la politique naine: seul le grand roi peut nommer un commandant et il n’y a plus de grand roi, il va donc y avoir une guerre de l’ombre entre les capitaines pour prendre le pouvoir, puis une guerre déclarée entre les sergeants pour accéder au poste vacant(s) de capitaine(s) et ainsi de suite jusqu’au bas de l’échelle. C’est pas non plus comme si vous aviez un bon choix de capitaines: Tchekorgor monsieur popsicle, Ludvig la pute power hungry, Rolf le Troisième fidèle de Tiamat et Durgon le baiseur d’elfes. Il vous suggère de graduer au plus vite, puis de quitter Tora-Hontz pour les cinq années mandatoires. Peut-être les choses se seront calmées d’ici là.
Commandants s engueulent
Les compagnons retournent à leur chambre les bras chargés de leurs richesses qu’ils auraient voulues échanger contre de l’or. Ils s’enferment et pendant que Cabernak dissimule le bag of holding au bout d’une corde dans le trou des chiottes, les autres discutent des capitaines et des jours à suivre. Il en sort que Tchekorgor et Rolf semblent trop menaçant ou possèdent un agenda secret. Personne ne connait Durgon et tous semblent en faveur de la toride Ludvig Rocnoir. Au moins coucher son chemin jusqu’au sommet ne sème pas de cadavres sur sa route.

Ça boucane dans cabane

Dwarf funeral
Soudainement les cloches d’incendie se mettent à tinter dans tout le bagne. Comme tous les réservistes, vous êtes également pompiers volontaires. Vous atrappez vos seaux de sable et sortez en courant à la recherche du feu. Vous suivez les nains paniqués et glânez quelques renseignements. Il semblerait que ce soit le buché funéraire qui brûle en avance.

Parmis la foule de curieux, vous êtes arrêtés dans votre course par le sergeant Malumastovplus qui vous fait embrasser le sol brutalement d’un geste de sa pierre Noire. Même avec la tête écrasée par terre, vous pouvez voir que le sergeant est rouge de rage au son que fait sa barre de fer à force d’être pliée et dépliée.

-Comme ça on colporte des rumeurs malsaines à mon sujet et on tente de jeter la honte sur la réputation de notre chère capitaine Ludvig hein? Non pas un mot cloportes! Je vais vous apprendre à distribuer des médisances moi!

D’un coup à l’épaule, la barre de fer pulvérise l’articulation d’Hichik, enfonçant un os dans la gorge du guerrier qui commence à tousser du sang sur les dalles du sol. Malumastovplus passe derrière Cabernak et lui brise les talons suivit des rotules, puis des fémurs. Les cris arrêtent la foule qui s’aglutine autour du carré torturé. Thok tente de parler, mais la pierre l’en empêche. Avec un Tais-toi! la barre s’abat sur le visage du warden dont la machoire explose répendant ses dent dans toutes les directions. Kolon se fait défoncer les côtes et se noie tranquilement dans son sang quand soudain il réussit enfin à parler:

-Tu frappes comme une fille!

La barre de fer répand le sang et brise une dizaines d’os avant que la foule horrifiée se jette sur le sergeant pour l’arrêter. Ce dernier se libère d’un roulement d’épaules vous crache dessus et quitte les lieux la foule s’écartant de son chemin. Cabernak et Hichik utilisent leurs runes de guérison et le carré se remet péniblement sur pied. Finalement, le carré nain arrive sur les lieux du sinistre, amochés et ensanglantés. Vous arrivez et le feu est déjà étteint sous le regard lourd de conséquences du sergeant CasseNoix, le seul à remarquer votre arrivée. Le hall des héros avec ses milliers de pierres Noires flottant près du plafond, ses murs couverts d’armes de légendes et ses trois autels dédiés aux dieux nains: Bahamut, Érathis et Moradin. Le bûcher funéraire de Frondur qui était sur la dalle devant l’autel de Bahamut n’est plus que cendres. Les centaines de nains sur places murmurent et sont choqués devant ce coup du sort frôlant le blasphème. Des Frondurs résonnent ici et là dans la foule pour appeller la pierre du défunt commnadant, mais elle ne répond à aucun appel, sa pierre a disparue.

Une voix solide d’autorité résonne alors dans la salle. Un nain avec plus de gris que de brun dans sa barbe monte sur la dalle de l’autel d’Érathis et s’adresse à la foule:

-Amis nains, laissont aux capitaines la tâche de démêler ce mystère et déterminer s’il s’agit d’un crime ou d’un accident. Mon bon ami Frondur n’a peut-être plus de corps, mais son âme à encore besoin de nos prières et de nos chants pour trouver le chemin du Valhala. Prions mes frères.

Ce nain est le Conseiller Margrath PoingMarteau, chef de la guilde des caravanes et représentant des Cinquièmes au grand conseil.

Une vague d’assentiment se répand dans la salle et chacun retourne à sa chambre pour enfiler ses habits de cérémonie. Lorsque vous revenez dans le hall des héros, un nouveau bûcher se dresse avec une statue en bois pour représenter le commandant. La veillée prend toute la nuit ou les nains chantent, boivent et braillent comme des bébés. À l’aube on allume le bûcher et on accroche son crosspick au mur des légendes.

Cambriolé!

Au petit matin, les yeux rougis et les pieds en compote, vous retournez dans vos quartiers pour un repos bien mérité. Vous déchantez assez vite en voyant le sergeant CasseNoix qui vous attend devant votre porte en tapant du pied. Vous le faite sourrire quand sans un mot vous vous mettez à plat ventre pour entamer une série de push-ups.

-Mes pauvres petits morceaux de mica friable, si le bagne avait été en bois, il aurait entièrement brûlé avant de voir voir arriver. Comme ça vous voilà nouveaux riches, hein? Bonne chance pour vos épreuves, je vous y verrez demain dans le bureau du capitaine Rolf qui a eu vent de vos nouveuax acquis et qui veut bien vous recommandez pour les épreuves. Je sais que l’un d’entre vous couche avec ma fille Onyx et ça me purge tellement que je vous donne corvé de patates pour toute la journée et si vous n’ateignez pas le quota de 48 patates à l’heure, je vais passer vous voir dans la soirée. Bonne journée!

Essouflés et cernés jusqu’en dessous des bras, les compagnons entrent dans leurs quartiers avec un soupir d’exaspération. Heureusement demain tout cela sera fini d’une manière ou d’une autre. Étrangement un des tabourets est tombé par terre et la porte de la chambre de Kolon est entrouverte. Lorsque ce dernier entre dans sa chambre, tout est sans dessus-dessous. Il cri et rassemble les autres, espérant que le cambrioleur soit encore présent puisque la porte était barrée à votre entrée. Les quartiers sont fouillés sans trouver trace du voleur. Le bag of holding est toujours à sa place et les possessions de Kolon semblent seulement avoir été éparpillées. Quand ça lui saute aux yeux, Kolon laisse échapper un cri de rage primale: sa terrible hache a disparue.

Après un examen des lieux du crime, ils découvrent qu’une brique dans un mur de la chambre de Kolon été déplacée. Derrière il y a un trou où se trouvait sans doute un objet rond et plat qui a été enlevé, révélant sa trace dans la poussière. Dans la chambre commune, un coin de tissu d’ombre est découvert près du tabouret renversé. Une série de traces de pas sur le sol passent d’une taille à peu près naine pour devenir progressivement plus petites jusqu’à devenir celles d’une souris. La porte n’a pas été forcée, mais plutôt déverrouillée, puis reverrouillée avec une bonne application de graisse sans odeur. les compagnons forment l’hypothèse que le nain-souris est parti dans le bout de tissu, qui s’avère être un portail vers le shadowfell. La salle comune y résonne encore des résidus de transmutation pour prouver cette théorie.

Faisant marcher leur méninges pour trouver la raison de ce vol, les amis font les cents pas, sauf Thok qui est donc content d’être de corvée de patates, lui y’aime ça les patates. La hache d’un Troisième hait de tous serait une excellente arme pour le meurtre parfait. Avec les avertissements de Kogndur en tête, le groupe se rend aux cuisines, et Kolon part à la recherche d’un sergeant pour lui exposer son problème. Il trouve CasseNoix en train de participer à l’entrainement hebdomadaire de Gribouye l’Ancien. Le combat est acharné dans la cours d’exercise. Gribouye n’y voit rien, mais il compense par une série complexe de Blasts et de Bursts qui mènent la vie dure au sergeant. Après la bataille, Kolon s’adresse au sergeant CasseNoix qui voit d’un très mauvais oeil qu’il ne soit pas en train de peler des patates. Il écoute le problème du barbare et lui propose une solution avec un sourrire malicieux. Gribouye va mentionner le vol dans les archives et CasseNoix va lui servir d’alibi si il reste à ses côtés pour l’assister toute la journée. Kolon accepte sans regretter que ses compagnons aillent encore plus de patates à peler. Toute la journée Kolon subit la hargne et la frustration du sergeant alors qu’il entraine les bleus à se battrent contre un Troisième.

Avec ce qu’il reste de jour, ils visitent Tourmalyne et Zordanne pour leur vendre armes et artefacts trouvés dans les catacombes sous les archives. Ils vont ensuite rejoindre Kogndur le forgeron affligé d’une terrible gueule de bois. Quand le carré lui explique ses différents projets, son intérêt s’alumme et il n’accepte qu’à la condition que tout le carré y participe.

Hichik active la soufflerie, tandis que Thok verse le métal fondu dans le moule pour la nouvelle hache du barbare. Alors que Kolon se déchaine à marteler le métal porté au rouge, Kogndur assisté de Cabernak allume des runes dans le métal et sur l’enclume. Il en ressort une hache de bourreau à deux lames de métal noir teinté par la pierre dans la main de Kolon. De sa propre volonté, la hache se met à flotter près du barbare avec de légers, mais brusques ajustements qui la replace en position: à portée de la main de Kolon.

-Celle-là tu pourras pas la perdre, hein le kid!

Effectivement, Kolon peut appeller sa hache volante à volonté, pratique car il peut la lancer vraiment loin.
Ankheg armor
Thok découpe ensuite la carapace du ankheg en une armure efficace et montre l’exemple à Kolon qui s’acharne sur la carcasse de la bulette pour faire de même. Hichik racle l’intérieur de l’os frontal de la bulette et le sable en un bouclier en forme de croissant étonnament léger. Cabernak trace des runes sur le sol et y dépose les engrenages des chiens de fer dans les catacombes. Sous ses directions du flux magique, les pièces se réassemblent en une armure de mailles extrêmement fines.

Satisfait, il s’ensuit un échange d’embrassades viriles et de claques dans le dos à vous jeter à terre sous le regard rieur du vieux Kogndur RocNoir.

Comments

Comme toujours, super beau récit. T’as mis combien d’heures pour celui-là? :P
T’es ben mieux de payer ta dette de 1000gp Thok, sinon y’a des mafieux qui vont s’en prendre à tes jambes et ceux que tu aimes…

Funérailles avortées
 

je dois quoi a qui?? moi je me suis fait plein d’amis avec mon herbe rouge

Funérailles avortées
Zul_Hellbringer

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.